•  

     

    Pour toi, je suis l'ignorante sauvage
    Tu me parles de ma différence
    Je crois sans malveillance
    Mais si dans ton langage
    Tu emploies le mot sauvage
    C'est que tes yeux sont remplis de nuages, de nuages

    Tu crois que la terre t'appartient tout entière
    Pour toi ce n'est qu'un tapis de poussière
    Moi je sais que la pierre, l'oiseau et les fleurs
    Ont une vie, ont un esprit et un cœur.
    Pour toi l'étranger ne porte le nom d'homme
    Que s'il te ressemble et pense à ta façon
    Mais en marchant dans ses pas, tu te questionnes
    Es-tu sûr, au fond de toi, d'avoir raison ?
    Comprends-tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?
    Les pleurs du chat sauvage au petit jour ?
    Entends-tu chanter les esprits de la montagne ?
    Peux-tu peindre en mille couleurs l'air du vent ?
    Peux-tu peindre en mille couleurs l'air du vent ?

    Courons dans les forêts d'or et de lumière
    Partageons-nous les fruits mûrs de la vie
    La terre nous offre ces trésors, ces mystères
    Le bonheur ici bas n'a pas de prix
    Je suis fille des torrents, sœur des rivières
    La loutre et le héron sont mes amis
    Et nous tournons tous ensemble au fil des jours
    Dans un cercle une ronde à l'infini.

    Comprends-tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?
    Les pleurs du chat sauvage au petit jour ?
    Entends-tu chanter les esprits de la montagne ?
    Peux-tu peindre en mille couleurs l'air du vent ?
    Peux-tu peindre en mille couleurs l'air du vent ?

    Là-haut le sycomore dort comme l'aigle royal il trône impérial
    Les créatures de la nature ont besoin d'air pur
    Peu importe la couleur de leur peau
    Chantons tous en chœur les chansons de la montagne
    En rêvant de pouvoir peindre l'air du vent
    Mais la terre n'est que poussière tant que l'homme ignore comment
    Il peut peindre en mille couleurs l'air du vent.

    2 commentaires
  • Trois anges sont venus ce soir
    M'apporter de bien belles choses
    L'un d'eux avait un encensoir
    L'autre avait un chapeau de roses
    Et le troisième avait en mains
    Une robe toute fleurie
    De perles d'or et de jasmin
    Comme en a Madame Marie

    Noël, Noël, nous venons du ciel
    T'apporter ce que tu désires
    Car le Bon Dieu au fond du ciel bleu
    Est chagrin lorsque tu soupires
    Veux-tu le bel encensoir d'or
    Ou la rose éclose en couronne

    Veux-tu la robe où bien encore
    Un collier où l'argent fleuronne
    Veux-tu des fruits du Paradis
    Ou du blé des célestes granges
    Ou comme les bergers jadis
    Veux-tu voir Jésus dans ses langes

    Noël, Noël, retournez au ciel
    Mes beaux anges à l'instant même
    Dans le ciel bleu demandez à Dieu
    Le bonheur pour celui que j'aime.

    Augusta Holmès

     

     


    votre commentaire
  •  En ce temps d'attente  de NOËL

    une Tendre chanson d'antan qui me ravie...pas vous? 

    * * * * * * *

    Les vieilles de notre pays
    Ne sont pas de vieilles moroses

    Elles portent des bonnets roses

    Des fichus couleur de maïs

    Les vieilles de notre pays

    Elles s'en vont tout doucement

    Les jours où le soleil fait fête

    En remuant un peu la tête

    S'arrêtant à chaque moment

    Elles s'en vont tout doucement

    En riant derrière la main

    Elles redisent à l'oreille

    Et rien qu'elles ont dit la veille

    Et rediront le lendemain

    En riant derrière la main

    Elles médisent bien un peu

    Mais si peu que c'est ne rien dire
    Puis il faut bien parler et rire
    Les soirs d'hiver au coin du feu

    Elle médisent bien un peu

    Qu'elles iront en paradis

    Car elles ne manquent pas messe

    Et sont fidèles à confesse

    Depuis les galants de jadis

    Elle iront en paradis

    La Bonne Vierge et le Bon Dieu

    Qu'elles ont tant prié sur terre

    Leur feront la mort bien légère

    Et bien court le dernier adieu

    La Bonne Vierge et le Bon Dieu
    Les vieilles de notre pays
    Ne sont pas de vieilles moroses

    Elles portent des bonnets roses

    Des fichus couleur de maïs

    Les vieilles de notre pays

    Les vieilles de notre pays

    * * * * * * * * * * *


    2 commentaires
  • FAISONS CE RÊVE

    AU TROT DES CHEVAUX

    DANS LE SENTIER

    DE LA FORÊT

    ENNEIGEE.....

    CHUT PAS UN BRUIT.....

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires