• COMPLAINTE du ROI RENAUD

    Le roi Renaud de guerre vint
    tenant ses tripes dans ses mains.
    Sa mère était sur le créneau
    qui vit venir son fils Renaud.

    - Renaud, Renaud, réjouis-toi!
    Ta femme est accouché d'un roi!
    - Ni de ma femme ni de mon fils
    je ne saurais me réjouir.

    Allez ma mère, partez devant,
    faites-moi faire un beau lit blanc.
    Guère de temps n'y resterai:
    à la minuit trépasserai.

    Mais faites-le moi faire ici-bas
    que l'accouchée n'lentende pas.
    Et quand ce vint sur la minuit,
    le roi Renaud rendit l'esprit..

    Il ne fut pas le matin jour
    que les valets pleuraient tous.
    Il ne fut temps de déjeuner
    que les servantes ont pleuré.

    - Mais dites-moi, mère, m'amie,
    que pleurent nos valets ici ?
    - Ma fille, en baignant nos chevaux
    ont laissé noyer le plus beau.

    - Mais pourquoi, mère m'amie,
    pour un cheval pleurer ainsi ?
    Quand Renaud reviendra,
    plus beau cheval ramènera.

    Et dites-moi, mère m'amie,
    que pleurent nos servantes ici ?
    - Ma fille , en lavant nos linceuls
    ont laissé aller le plus neuf.

    Mais pourquoi, mère m'amie,
    pour un linceul pleurer ainsi ?
    Quand Renaud reviendra,
    plus beau linceul on brodera.

    Mais, dites-moi, mère m'amie,
    que chantent les prêtres ici ?
    - Ma fille c'est la procession
    qui fait le tour de la maison.

    Or, quand ce fut pour relever,
    à la messe elle voulut aller,
    et quand arriva le midi,
    elle voulut mettre ses habits.

    - Mais dites-moi, mère m'amie,
    quel habit prendrai-je aujourd'hui ?
    - Prenez le vert, prenez le gris,
    prenez le noir pour mieux choisir.

    - Mais dites-moi, mère m'amie,
    qu'est-ce que ce noir-là signifie
    - Femme qui relève d'enfant,
    le noir lui est bien plus séant.

    Quand elle fut dans l'église entrée,
    un cierge on lui a présenté.
    Aperçut en s'agenouillant
    la terre fraîche sous son banc.

    - Mais dites-moi, mère m'amie,
    pourquoi la terre est rafraîchie?
    - Ma fille, ne puis plus vous le cacher,
    Renaud est mort et enterré.

    - Renaud, Renaud, mon réconfort,
    te voilà donc au rang des morts!
    Divin Renaud , mon réconfort,
    te voilà donc au rang des morts!

    Puisque le roi Renaud est mort,
    voici les clefs de mon trésor.
    Prenez mes bagues et mes joyaux,
    prenez bien soin du fils Renaud.

    Terre, ouvre-toi, terre fends-toi,
    que j'aille avec Renaud, mon roi!
    Terre s'ouvrit, terre fendit,
    et ci fut la belle englouti.


    { notes: Ceci n'est qu'une des très nombreuses versions (environ 60) de cette chanson.
    Son origine est assez complexe. Elle est issue de la greffe d'une
    chanson du XIII ème siècle qui raconte le retour du comte Renaud sur une
    chanson du XVIème (le comte Redor) issue d'une légende scandinave qui a
    fait fureur en Europe et engendré de nombreux textes dans divers pays.
    L'un de ces textes est "le Comte Redor" en Bretagne qui est sans
    doute à l'origine de la fusion (car il y a peut être des versions dérivées).}


  • Commentaires

    1
    Mercredi 3 Mai 2006 à 00:05
    Joli texte
    moyennageux, mais si triste pourtant. une petite pensée amicale ici en passant.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :